Un nouveau livre sur la folie de Vincent van Gogh


Un nouveau livre sur la folie de Vincent van Gogh


Démence, drame amoureux ou combat entre amis? On en spécule beaucoup les raisons qui ont poussé Vincent van Gogh à se couper l'oreille gauche le 23 de décembre de 1888 à Arles, France Cependant, nous avons stagné dans cette partie de l’histoire et nous avons oublié les dernières années lorsque le post-impressionniste est entré dans la société. Saint-Paul psychiatrique.

De 8 de mai de 1889 à 16 de mai de 1890 était l'époque où il restait à l'asile et qui se rapprochait du nouveau livre Nuit étoilée: Van Gogh à l'asile, du journaliste et universitaire de van Gogh Martin Bailey.
L’auteur met en lumière de nouveaux détails sur la vie à Saint-Paul, les peintures que van Gogh a créées pendant son séjour, ainsi qu’un vision de son état mental fragile. Recherche c'était basé sur des lettres, un journal non publié par un artiste local qui connaissait le peintre néerlandais et les registres de l'hôpital.

L'art comme thérapie

Bien que dans le Ssaint Paul a eu recours à la musique et à l'art pour soigner ses patients, van Gogh a eu le privilège de maintenir son rythme de travail car il est devenu ami avec le réalisateur, Théophile Peyron. Ce fut sans doute un moment très prolifique de sa carrière mais ses crises l’amènent à manger ses pigments: "Mes souvenirs de ces mauvais moments sont vagues", écrit-il à Theo, admettant avoir mangé des "choses sales".
Au cours de cette période, Van Gogh fit de grands tableaux, plus que 150 qui a survécu. Les œuvres sont inspirées du jardin de Saint-Paul, des vues sur les champs de blé, des autoportraits et des portraits du personnel.

Entré volontairement, il resta peu de temps. Pour van Gogh, être dans cet environnement l'a rendu plus malade. Martin Bailey pense que ses problèmes de santé mentale ont provoqué l'automutilation.
"Il aurait pu le faire dans un effort désespéré pour faire taire les terribles bruits ou mots qu'il pensait entendre", écrit Bailey. "Dans le plus grand désespoir, Van Gogh aurait pu croire qu'en retirant son oreille, il n'entendrait plus les sons terribles qui le rendaient fou."

Après van Gogh

Actuellement le Saint-Paul-De-Mausole Il reste un hôpital psychiatrique, mais aussi il a été activé comme un musée. Le public peut visiter ses jardins, la chapelle et le cloître du XIIe siècle, ainsi que plusieurs salles, dont une meublée comme si elle était à nouveau 1889. L'affiche dit "La chambre de Van Gogh", mais l'artiste a vraiment dormi dans une autre partie de l'asile.