Manuel Acuña, le poète qui a tronqué sa vie ... mais pas son œuvre

06 décembre 2019 à 12 h 23


Manuel Acuña, le poète qui a tronqué sa vie ... mais pas son œuvre


Manuel Acuña Narro C'était un poète y Dramaturge mexicain qui s'est démarqué, bien qu'il ait vécu pendant une courte période. Il était un représentant stylisé du romantisme.

En bon écrivain, il a participé à des activités politiques dans son pays, il a également travaillé dans le journalisme.

Il a promu une philosophie libérale et positiviste, ainsi que des idéaux de l'époque tels que la liberté, le nationalisme et l'honneur.

La production de l'intellectuel était prolifique et passionnée.

De tomber amoureux au suicide 

 

Manuel Acuña est né le 27 Août 1849 en Saltillo, Coahuila.

Il a ensuite déménagé au Ciudad de México où il a étudié la philosophie, les mathématiques et les langues pour entrer dans la carrière médicale, qu'il n'a pas conclu.

Il assistait régulièrement à des rassemblements littéraires, dans lesquels il établirait une importante amitié avec Juan de Dios Peza, avec lui et Agustín F. Cuenca fonderait la Société littéraire Nezahualtcóyotl.

Il a travaillé dans le journal Ibérie dans lequel il a publié quelques poèmes.

Puis avec son drame intitulé Le passé Il avait une grande acceptation et reconnaissance.

Il est tombé profondément amoureux de Rosario de la Peña et Llerena qui étaient également recherchés par José Martí et Manuel M. Flores.

Pour elle, il a consacré différents écrits et serait en grande partie sa muse, mais cela n'a pas été réciproque.

L'une de ses pièces les plus pertinentes ressort de cet épisode: Nuit à Rosario.

Le chagrin et la précarité économique, ainsi que d'autres facteurs que nous ne saurons jamais, l'ont conduit à se suicider en buvant du cyanure de potassium.

Acuña est décédée le 6 1873 Décembre.

 

Vous aimerez aussi:

Edgar Allan Poe, le poète macabre de l'étrange

Enriqueta Ochoa, le poète mystique qui a partagé l'éternité

Arthur Rimbaud: Le poète rebelle qui a également échangé des armes


"Je comprends que tes baisers

ils ne doivent jamais être à moi,

Je comprends qu'à tes yeux

Je ne me verrai jamais

et je t'aime et dans ma folie

et des délires brûlants

Je bénis ton dédain,

J'adore tes détours,

et au lieu de t'aimer moins

je t'aime beaucoup plus".

Fragment du poème nocturne à Rosario